Je suis fier de conduire la liste Majorité présidentielle La République En Marche aux élections sénatoriales du 24 septembre 2017 à Paris.

 

Le projet que nous portons, vous le connaissez : c’est celui du Président de la République.  Libérer, protéger, dans le même temps. Nous voterons les textes que le Gouvernement propose, en les travaillant d’arrache-pied évidemment. Non à l’opposition stérile, oui à la majorité constructive ! Bien sûr le Sénat a un rôle particulier à jouer, en lien avec les collectivités locales : c’est le laboratoire de l’innovation territoriale.

 

 

Sortir de l’entre-soi, du confort ouaté des chapelles surannées qui tombent en poussière, des facilités ressassées, digérées et régurgitées jusqu’à plus soif, est un sport de combat. Il faut tenir, justifier, expliquer. Les anathèmes et la diabolisation vont vite. J’ai jeté la rancune à la rivière, même et surtout vis-à-vis de celles et de ceux qui ne votaient pas les budgets que je présentais au Conseil de Paris. Les compteurs sont remis à zéro. Oui, c’est grâce au ralliement du MoDem de François Bayrou que Macron a pu gagner. Oui le choix d’Edouard Philippe ou de Bruno Le Maire pour le Gouvernement est indispensable pour faire réussir le pays.

 

La liste que j’ai construite et proposée à La république en Marche traduit cette stratégie. Ce n’est pas une juxtaposition hétéroclite qui se serait mise d’accord ensuite sur un vague projet, c’est, au contraire, la vision claire et assumée de la majorité présidentielle qui a gouverné la composition de la liste. C’est la mission qui a fait la coalition.

 

C’est une liste formidable, colorée, renouvelée, et je ne peux dire autre chose, bien sûr ! Une liste qui renoue avec l’envie, « l’envie d’avoir envie » comme le chante si puissamment Johnny. Il suffit d’assister à notre premier déjeuner ou à la séance de photo pour voir ce qui crève les yeux : des personnes qui se découvrent, avec la fougue et la timidité de la rencontre, et brûlent de partir vers cet horizon nouveau. 

 

 

Et puis s’est constituée autour de cette liste une équipe impressionnante, la force de frappe de La république en Marche se déployant à plein. Des dizaines de bénévoles qui n’attendent rien pour eux-mêmes, sans arrière-pensées, qui se dépensent sans compter, me proposent leur coup de main. Des helpers, comme on dit dans le nouveau monde. La substance qui s’est échappée des vieux partis, privés de sève, elle est là. Et d’ailleurs, je n’ai jamais connu dans toute ma vie politique un tel bouillonnement d’énergies : des jeunes, des moins jeunes, des salariés du privé ou des entreprises publiques, qui avaient en grande partie boudé des formations politiques, que nous pensions perdus à jamais, affluent en masse, avec l’envie d’en découdre. Seuls ceux qui rejoignent le mouvement savent de quoi je parle : ils ont été témoins, éberlués, fascinés, émerveillés, comme moi, de ce qu’a déclenché En Marche.

 

En mai dernier, j’ai quitté le Parti socialiste que j’avais rejoint en mars 1993, pour Michel Rocard. C’est dur de quitter une formation à laquelle j’ai appartenu pendant 24 ans. Pour ma part, je ne croyais déjà plus au clivage droite gauche depuis longtemps. Je savais, comme beaucoup, que, sur de nombreux sujets, nous étions plus d’accord avec des militants d’autres partis de droite ou du centre que du nôtre. Que nous faisions semblant d’être d’accord. Que le cynisme pousse de nombreux élus ou militants à ne pas répéter en public à ce qu’ils lâchent en privé. Que les militants sincères, dégoûtés par les jeux d’appareil, s’en vont ou s’épuisent. Que l’hypocrisie règne en maître, là où la clarté des convictions se retire.

 

Il me fallait sortir de ce carcan. Emmanuel Macron a réussi ce que nombreux ont rêvé avant lui. J’ai laissé ce marais asséché derrière moi, pour « regarder monter, du fond de l’océan, des étoiles nouvelles ». J’en suis heureux, comme lorsqu’on ressent cette sensation, unique, de retrouver la mer, alors qu’on ne l’a pas vue depuis longtemps, et qu’on sent flotter, autour de soi, puis sur soi, enfin en soi, les embruns frais et salés.

Réalisation & référencement Comment faire un site web de politique